10 janvier 2019

Challenges : Soldes, un enjeu crucial après l’impact des gilets jaunes

Partager

Le coup d’envoi des soldes au niveau national est prévu ce mercredi. Une période stratégique pour les commerces après le désastreux impact du mouvement des Gilets jaunes les dernières semaines.

 

Prix barrés et fortes réductions: le coup d’envoi des soldes sera donné mercredi 9 janvier au niveau national. La date n’aura finalement pas été modifiée malgré les appels de certaines unions de commerçants à l’avancer d’une semaine pour tenter de compenser l’impact du mouvement des Gilets jaunes. L’idée, qui ne faisait pas l’unanimité parmi les associations du secteur, n’a pas été retenue par le gouvernement notamment car impossible à mettre en œuvre dans des délais aussi courts. Reste que les soldes –et les opérations de ventes privées qui les précèdent généralement– s’annoncent encore plus importants que d’habitude pour les commerces cette année.

Car les semaines de mobilisation des Gilets jaunes depuis mi-novembre ont pesé lourd sur le secteur. « Sur la période de mi-novembre à fin décembre, on estime en fonction de la baisse de la fréquentation que cela a coûté 2 milliards d’euros pour les centres commerciaux » indique Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC). « Hormis trois journées où il y a eu un petit rebond de consommation, tous les jours sur cette période ont été en négatif » poursuit-il. Une douche froide. D’autant que pour certains commerces, la période des fêtes de fin d’année représente jusqu’à 50% du chiffre d’affaires annuel.

La secrétaire d’Etat à l’Economie Agnès Pannier-Runacher estimait d’ailleurs dernièrement que le mouvement des Gilets jaunes avait engendré un recul moyen de 25% du chiffre d’affaires dans le commerce. Et le secteur de la mode n’a pas été épargné. Sur le mois de novembre –alors que les mobilisations des Gilets jaunes n’ont commencé qu’au milieu du mois, que la période des achats de Noël débutait et que le Black Friday a été très suivi–, « les enseignes d’habillement ont enregistré une perte de 6,1% de chiffre d’affaires » note Yohann Petiot, directeur général de l’Alliance du commerce.

Générer la trésorerie

La période de soldes qui s’ouvre va-t-elle permettre le rattrapage tant espéré? Déjà en temps normal, les soldes représentent un moment crucial dans le secteur de la mode –un secteur qui souffre depuis une dizaine d’années–, comptant pour 15% à 30% selon les produits dans le chiffre d’affaires annuel, rappelle Yohann Petiot. Et dans ce même secteur, un produit vendu sur deux l’est à prix barré, soldes ou promotions. Car si les soldes sur la période légale connaissent une relative désaffection ces dernières années, les opérations de ventes privées rencontrent, elles, un engouement. D’où la multiplication des réductions visibles dès à présent en vitrine. Alors après le douloureux impact du mouvement des Gilets jaunes, l’enjeu de ce début d’année paraît d’autant plus décisif pour écouler les stocks.

« Pour les produits à collection, comme le textile, la liquidation du stock permet de générer de la trésorerie pour pouvoir acquérir la collection suivante » rappelle Rodolphe Bonnasse, PDG de CA Com, spécialiste du commerce, qui juge que les soldes « vont avoir un retentissement quasiment vital pour certains commerçants« . « Il y a de vraies difficultés de trésorerie » confirme Yohann Petiot. Le gouvernement avait d’ailleurs accordé début décembre plusieurs mesures pour soulager les commerces comme le report des charges fiscales et sociales.

Consommation morose

Reste à savoir si les consommateurs qui ont évité ces dernières semaines retrouveront l’envie de faire du shopping en ce début d’année. « Les stocks sont importants et les rabais devraient l’être aussi » souligne Gontran Thüring qui espère que la population reprendra le chemin des magasins. Même espoir du côté de Yohann Petiot qui note tout de même qu’un climat d’incertitude règne encore avec la question du devenir du mouvement des Gilets jaunes, de l’effet psychologique que pourrait ou non avoir le prélèvement à la source sur le comportement des consommateurs ou encore de cette morosité ambiante autour de la consommation.

Mais si les soldes permettent aux commerçants d’écouler leur stock en vendant à perte, c’est-à-dire en-dessous du prix d’achat, et de refaire ainsi leur trésorerie, « c’est aussi de la destruction de valeur car cela signifie sacrifier la totalité de sa marge, voire plus » note Rodolphe Bonnasse pour qui 2018-2019 pourrait voir « les marges et rentabilités assez chahutées« . Réussir les soldes reste une étape indispensable pour le commerce cette année. Difficile de dire si cela sera pour autant suffisant pour sa santé financière…

 

Source : Challenges
Par Valérie Xandry

Article similaire

William à Midi : Les ventes privées en ligne

Retrouvez-moi chaque mardi à partir de 12h45 sur le plateau de William à Midi. Je me mets au service des consommateurs et les aide à […]

Voir l'article